mardi, 01 septembre 2020 01:00

À moi de parler !

Written by
Rate this item
(1 Vote)
Augustin et son grand-père dans leur première version de La malle de grand-père, 2008 Augustin et son grand-père dans leur première version de La malle de grand-père, 2008 Christiane Angibous-Esnault

Logo Augustin 11 ans © Angibous-Esnault Ch., 2010Alors que je vis de plus en plus d’aventures que j’aime partager avec vous, je crois qu’il est temps que je vous emmène à la découverte d’un super préquel : celui de ma naissance.
Aujourd’hui je vous raconte comment je suis né !

Suis-je bien né ?

Je m’appelle Augustin, Augustin Delage.
À vrai dire, je ne me souviens pas vraiment de ma naissance, sinon qu’elle a été inattendue, urgente et, qu’en fin de compte, ce fut un grand événement eu égard à ses conséquences. Ai-je été désiré, suis-je vraiment un accident, pourquoi je m’appelle ainsi ? Autant de questions dont je ne suis pas sûr d’avoir toutes les réponses.

Anachronie

Page 9 de La malle de grand-père malle © Angibous-Esnault Ch., 2008Nous sommes en 2020. Je viens de fêter mes 12 ans. Je suis né en 2008. Jusque là, tout va bien ! Sauf que ça fait cinq ans que j’ai 12 ans ! Bref, ne cherchez pas, c’est le lot des héros de surprendre ses fans et de n’être pas tout à fait comme les autres.
Pourquoi en 2008 ? Celle qui m’a conçu devait rendre un devoir. Il s’agissait d’un concours de nouvelles. Depuis son enfance, elle écrivait mais n’avait jamais cherché à être publiée malgré les prix en tout genre reçus pour ses poésies et autres récits. Aussi, elle a soudain tenté le coup : obtenir une publication par un vrai éditeur grâce à ce concours.
C’est ainsi que la conception de ma personne, nécessitée par les contraintes d’un règlement et par l’urgence d’une deadline, a été réalisée en quelques jours et que j’ai très peu changé depuis. Je suis toujours malin, curieux, actif et mes cheveux roux sont toujours en bataille même s’il est vrai, je n’ai pas toujours eu tout à fait la même tête.
Bon, l’adoption par le jury, à cette époque, a été ratée, mais l’accouchement s’est très bien passé.

Dédoublement de la personnalité

Augustin 11 ans et Augustin 7 ans. Non, vous ne voyez pas double ! © Angibous-Esnault Ch., 2018J’ai oublié de vous dire que lorsque je suis né, j’avais presque 7 ans. Mais les critiques ont dit à ma conceptrice que son écriture était trop académique, trop riche et pas assez en phase avec des copains de mon âge.
Qu’importe. Quelques semaines plus tard, en une nuit, j’ai pris 5 ans de plus, ce que je ne souhaite à personne dans la vraie vie, mais qui pour moi fut salutaire. Je pouvais tout de suite passer à des choses encore plus amusantes, plus dangereuses, plus développées.
Cependant je n’ai pas voulu tuer mon autre moi, ma chrysalide. C’est ainsi qu’aujourd’hui nous ne faisons qu’un à nous deux. Comme nous avons chacun nos copains et nos occupations, c’est vraiment le pied !

Pourquoi ce prénom Augustin ?

Le prénom AugustinAlors là ! Mystère et boule de gomme. Allez savoir pourquoi des parents veulent appeler leur enfant par un prénom bien défini pendant 9 mois et que le jour de la déclaration en mairie, ils indiquent autre chose ! Moi, je n’ai pas eu mon mot à dire, alors il faudra demander à ma conceptrice car je ne suis pas sûr que ma mère aurait osé me donner un tel prénom !
Je peux cependant vous indiquer qu’elle avait souvent bu du Champagne fait par le tonton d’un ami, et que ce producteur s’appelait Augustin. Sans doute les bulles ont-elles un peu influencé son esprit ce soir-là !

Et pourquoi Delage ?

Les bois de Bouc étourdi / CC By FreepikIl est vraiment très difficile d’attribuer à quelqu’un un nom de famille lorsqu’on n’en a pas. Cela induit tant de choses sur la personnalité, sur la lecture, la prononciation dans les phrases, la mémorisation pour vos fans, etc. ! Vous savez, je suis resté sans nom de famille pendant quelques années !
Tout ce que je sais, c’est que ma créatrice voulait éviter trop de spécificités. Comme elle aime bien la nature et que je vis à la campagne, le nom Delage s’est imposé tout doucement. Delage signifie haie ou bosquet dans beaucoup de régions du centre de la France. Moi ça me va. J’aime bien courir la campagne.
Et puis, ça plaît aussi à mon mentor (dont je vous parlerai un autre jour) qui s’amuse à me charrier avec ses jeux de mots : de l’âge de pierre, de l’âge du bronze, et j’en passe ! Je lui pardonne parce que je l’aime bien, mais c’est bien un archéologue !
Pour parachever le tout, j’habite à Bouc étourdi ! Si, si, ça existe, c’est vrai ! Mais comme au début je n’avais encore ni maison, ni copains, cette histoire sera pour un prochain billet.

Est-ce que j’ai de la famille ?

Ma famille directe avec mon père, ma mère et mes deux sœurs © Angibous-Esnault Ch., 2018Oui bien sûr. J’ai toujours eu un père et une mère même si, c’est bizarre, ma mère n’a pas changé mais elle ne s’appelait pas comme ça au début. Maintenant que mon arbre généalogique est terminé sur quatre générations, je pense que ça ne bougera plus. Donc ma mère s’appelle Marie et mon père Louis. Je vous les présenterai prochainement.
Depuis ma “naissance”, ma petite sœur a bien grandi. Elle aussi a changé de nom et j’ai maintenant une deuxième sœur. Alors, je vous ferai connaître Jane 7 ans et Alice 3 ans lorsque je vous parlerai de ma famille. Si ça vous intéresse, vous aurez aussi droit aux oncles, tantes et cousins/cousines ! Y’en aura pour tout le monde.

Alors, que s’est-il passé pour que je sois présent ici ?

La malle de grand-père © Angibous-Esnault Ch. - Tailhardat V., 2020Eh bien, dans le grenier, j’ai trouvé une grosse malle poussiéreuse. Dedans, il y avait plein de choses bizarres. C’était la malle de mon grand-père Mathieu, le père de maman. Il était aventurier et archéologue. Ça a été une révélation. C’est ainsi que Papy Mathieu m’a collé le virus de l’archéologie et du patrimoine. Mais je ne savais pas comment m’y prendre. Quand j’en parlais à ma mère, elle avait l’air si triste que je n’osais pas insister.
Et puis un jour, un mec est arrivé. C’était celui qui avait aidé ma créatrice à accoucher et qui m’avait mis en couleur pour le concours. Il m’a regardé, m’a mis la main sur l’épaule et m’a dit d’une voix spectrale : « Je suis ton mentor ! » J’ai tressailli, mais c’était sans appel. Il a ajouté avec un grand sourire :« Allez mon petit gars, tu vas te mettre au boulot ! » Je peux vous dire que ça n’a pas été triste et que c’est parti tout de suite sur les chapeaux de roue.

Mais ça, c’est une autre histoire !Avatar de mon mentor Jean-Olivier Gransard-Desmond © Bitmoji, 2020

Read 134 times Last modified on mercredi, 02 septembre 2020 18:25